Les législateurs britanniques rejettent la motion du Premier ministre pour une élection anticipée le 15 octobre

- Sep 05, 2019-

Le Premier ministre britannique Boris Johnson fait une déclaration le 2 septembre 2019 devant le 10 Downing Street, dans le centre de Londres. [Photo / VCG]


LONDRES - Les législateurs britanniques ont rejeté mercredi une motion présentée par le Premier ministre Boris Johnson et réclamant la tenue d'élections générales le 15 octobre, portant un nouveau coup dur au Premier ministre, qui a promis de retirer son pays de l'Union européenne le 31 octobre avec ou sans traiter.

Les législateurs ont voté 298-56 sur la motion, après que la Chambre des communes eut adopté un projet de loi sur le Brexit visant à retarder un départ sans accord de l'Union européenne.

Johnson n'a pas réussi à obtenir la majorité des deux tiers de la Chambre des communes requise par la loi pour une élection générale anticipée, qui ne devrait pas avoir lieu avant 2022. Johnson aurait eu besoin de 434 voix pour réussir dans sa tentative de dissoudre le Parlement.

Après l'annonce du résultat du vote, Johnson a déclaré que le chef du parti travailliste, Jeremy Corbyn, était le premier chef de l'opposition dans le pays à "refuser l'invitation à une élection".

Johnson a déclaré qu'il avait "une conclusion évidente qu'il pense (Corbyn) qu'il ne remportera pas la victoire" lors de l'élection anticipée si elle se tient le mois prochain, comme il l'a proposé.

En retour, Corbyn a accusé le Premier ministre de "jouer à un jeu trompeur" pour forcer un Brexit sans accord. Il a déclaré que son parti soutiendrait les élections après l’adoption du projet de loi, mais pas avant.

Corbyn a déclaré aux députés que l'offre électorale de Johnson était "un peu comme une offre d'une pomme à Blanche-Neige de la part de Wicked Queen ... offrant le poison d'un non-accord".

Avant le vote, Johnson avait déclaré que le projet de loi de non-accord adopté quelques minutes auparavant mettait essentiellement fin aux négociations sur le Brexit et donnait le contrôle à Bruxelles.

"Aujourd'hui, le parlement a voté contre les négociations sérieuses", a-t-il déclaré aux députés.

Johnson a déclaré que le projet de loi de non-accord était de supprimer le droit de la Grande-Bretagne de déterminer combien de temps elle souhaite rester dans l'UE et de transmettre la décision à Bruxelles.

Indiquant pourquoi il souhaite des élections générales, Johnson a déclaré que cela permettrait au pays de décider maintenant si le chef de l'opposition, Jeremy Corbyn, du parti travailliste, se rendra à Bruxelles.

"Je pense que c'est très triste que les députés aient voté comme ça, moi aussi, je pense que c'est un grave manquement à leur devoir", a ajouté Johnson.